Hegoak

21 décembre 2009 par Herve  
Dans Chants des supporters

Hegoak ebaki banizkion

Neuria izango zen

Ez zuen aldegingo

Bainan horrela

Ez zen gehiago xoria izango

Eta nik

Xoria nuen maite

TRADUCTION:

Si je lui avais coupé les ailes

Elle aurait été mienne

Elle ne se serait pas enfuie

Mais alors

Elle n’aurait plus été un oiseau

Et moi

C’est l’oiseau que j’aimais

Aupa Bo

20 décembre 2009 par Herve  
Dans Chants des supporters

Commentaires fermés

Quand le rugby a changé, le rugby basque a du changer aussi,

pour parvenir au sommet, le Pays Basque,

dignement, a choisi son représentant…

Une couleur… un maillot… une seule équipe : c’est le B.O

Vers la victoire… maintenant…

tout un pays a fait confiance ? des garçons en rouge et blanc !

B.O.P.B sur le terrain… B.O.P.B sur les gradins…

Vers la victoire… c’est certain !

tout un pays rêve de gloire pour cette équipe qu’il soutient…

AUPA, AUPA B.O !

CHANTONS TOUS LE BIARRITZ OLYMPIQUE !

AUPA, AUPA B.O !

AUPA MIARRITZEKO MUTILAK

AUPA, AUPA B.O !

ALLONS TOUS LE CŒUR EN ROUGE ET BLANC

AVEC UN PEU DE VERT POUR RAPPELER LE DRAPEAU

D’UN PAYS BASQUE FIER QUI SOUTIENT LE B.O,

KOLORE HOIEKIN EZ DUZU GALDUKO

XURI ‘TA GORRIA,

AUPA, AUPA B.O !

Quand on parle de rugby, ici les gens répondent tous  » présent »,

de tous les coins du pays, il sont venus, ils sont tous l?

pour enflammer Aguilera…

Une couleur… un maillot… une seule équipe : c’est le B.O !

Vers la victoire… maintenant…

tout un pays a fait confiance ? des garçons en rouge et blanc !

… B.O, EN AVANT !…. B.O !… LES ROUGES ET BLANCS !

?

paroles Xavier Lorente-Darracq
musique X. Lorente-Darracq & Christophe Ithurritze
©2000 – Droits réservés

Boga Boga

20 décembre 2009 par Herve  
Dans Chants des supporters

Boga, Boga, Mariñela, Mariñela !

Joan behar dugu urrutira, urrutira

Bai indietara, bai indietara

Ez dut, ez dut, nik ikusiko

Zure plai ederra, plai ederra,

Agur, Agur, Ondarroako

Itsaso bazterra

Mariñela ! Boga ! Mariñela !

Traduction

Vogue, vogue, marin,

Nous partons très loin,

Oui, aux Indes.

Non, je ne verrai plus ta belle plage,

Adieu, rivage d’Ondarroa.

Marin, vogue ! Marin !